Une île et un projet collectif

Cézon, une île, un fort, une histoire avec un grand H

L’île Cézon est à 400 mètres du rivage, on y passe à pied sec à marée basse.
Elle abrite des fortifications depuis la fin du 17e siècle dans le but de protéger les mouillages de l’Aber Wrac’h et d’éviter une prise terrestre de Brest.
Ces fortifications ont été construites pendant le règne de Louis XIV, sous l’impulsion de Vauban, puis reprises au 19e siècle sous Napoléon III. L’ile a été investie par l’armée allemande pendant la fin de la deuxième guerre mondiale et intégrée au Mur de l’atlantique.
Cet exceptionnel ensemble architectural comprend bon nombre d’éléments bien conservés malgré les épreuves du temps. Il a été inscrit au titre des Monuments Historiques en juillet 2015.

Un coin de nature et l’un des plus beaux points de vues sur l’Aber Wrac’h

L’ile Cézon, c’est aussi un site naturel protégé, une vue imprenable à 360°au beau milieu de l’Aber Wrac’h, un lieu mythique, un terrain d’aventures, de rêves aux horizons sans fin, au milieu d’un archipel d’ilots et de sites remarquables.

Une histoire associative qui dure, un nouveau destin, des ouvertures

Créée en 1995 par de jeunes artistes, étudiants, repartis vers d’autres horizons, l’association Cézon reprend son souffle en 2015 avec une équipe locale et un projet renouvelé.

Le propriétaire de l’ile, Yann Le Nestour, artiste, l’a confiée à l’association Cézon pour une durée de 20 ans, jusqu’en 2036. Le bail prévoit que l’île soit ouverte au public pour 12 années encore au delà de son terme, soit jusqu’en 2048. Ca nous laisse le temps de vivre une belle aventure et de la partager avec des milliers de personnes.

Préserver, révéler, mettre en valeur le patrimoine architectural, naturel, culturel. Avec de grands chantiers bénévoles, des résidences d’artistes, des rencontres inédites, des événements divers, des formations, des coopérations multiples. Voilà ce que nous voulons. Ouvrir les portes. Expérimenter, offrir des espaces de connaissance, d’inventions, de silence aussi :

Faire de Cézon, ce lieu de mémoire, sentinelle de l’Aber Wrac’h, un lieu vivant d’échanges et de créations, inscrit dans notre époque, dans le respect de son histoire, de sa singularité maritime. Que l’ile Fort Cézon, hier «place forte» pour refouler l’adversaire, soit maintenant une place forte ouverte pour accueillir la biodiversité culturelle, naturelle, nos belles différences.

Une île, un fort, des histoires